Diabète type 2

Phytosucrophage Inhibiteur de l’absorption intestinale du glucose

Le Phytosucrophage est un nouvel inhibiteur de l’absorption intestinale du glucose à base de plantes, principalement l’olivier et la nigelle. Ces deux plantes sont utilisées dans la pharmacopée traditionnelle depuis l’antiquité pour leurs effets bénéfiques sur la santé. D’autres propriétés communes à ces deux plantes sont citées dans la littérature scientifique à savoir l’amélioration du système cardiovasculaire, la glycémie et la cholestérolémie etc. Nous avons montré que l’association des extraits de ces deux plantes avait un effet sur l’inhibition de l’absorption intestinale du glucose contribuant ainsi à l’équilibre physiologique des sucres.

Les noms équivalents de la graine de la nigelle dans les pays arabes sont EL-baraka d’Al-Sawda, Habbet d’Al-Habbah, Kamoun Aswad, Schuniz et Khodria. Au Pakistan, en Inde et au Sri Lanka, la nigelle ou Nigella sativa (N. sativa) s’appelle Kalvanji, Azmut, Gurat, Aof et Aosetta. En anglais, la N. sativa est connue sous le nom de black cumin ou cumin noir.

Originaire du Moyen-Orient elle est déjà citée dans la Bible (Esaïe 38). Elle était connue dès l’Antiquité romaine. En Inde, elle est depuis toujours appréciée dans la cuisine et en médecine.

Elle fait aussi partie de la médecine traditionnelle coranique. Elle est connue et utilisée en Europe jusqu’au XVIIe, puis abandonnée petit à petit.

Les graines de N. sativa sont fréquemment employées dans la médecine traditionnelle du Moyen -Orient et dans quelques pays asiatiques pour ses vertus médicinales et surtout pour le traitement de plusieurs maladies à savoir la fièvre, les migraines, asthme, les maladies rhumatismales, diverses infections microbiennes et aussi comme vermifuge. Elle est également employée contre les piqûres des scorpions, d’araignées, et des morsures de serpent, de chat et de chien. En outre, elle est employée en tant qu’additif aromatique pour le pain et les biscuits traditionnels.

L’utilisation multiple du N. sativa dans la médecine traditionnelle a encouragé beaucoup de chercheurs à isoler les composants actifs et d’entreprendre des études in vivo et in vitro sur des animaux de laboratoire et des humains afin de comprendre ses effets pharmacologiques. Parmi les effets pharmacologiques observés, on peut citer : la stimulation de l’immunité, les effets anti-inflammatoires, anticancéreux, antimicrobiens, antiparasitaires, antioxydants, et hypoglycémiants etc.

En ce qui concerne l’olivier, son utilisation fait partie de la culture ancestrale de l’homme. Selon les archéologues, la domestication de l’olivier aurait eu lieu environ entre 3800 et 3200 avant J.-C., soit il y a six millénaires. Des études archéobiologiques et l’étude génétique des populations d’oléastres et des variétés d’oliviers montrent que la domestication s’est produite indépendamment dans plusieurs régions du bassin méditerranéen, et s’est très probablement réalisée sur une longue période.

Des recherches archéologiques montrent que l’on extrayait déjà l’huile dès le IVe millénaire av. J.-C. en Syrie et à Chypre, ainsi qu’en Crète vers -3500 ans avant notre ère. Puis vers -1700 ans, la technique s’améliora et les premiers « pressoirs à arbre » simples apparurent à Ougarit (actuellement Ras Shamra en Syrie). L’olivier est aussi une des plantes les plus citées dans la Bible, où la colombe lâchée par Noé après le déluge revint tenant en son bec un rameau d’olivier, après avoir trouvé une terre émergée (Genèse 8/11), où Jacob enduisit d’huile d’olive la pierre de Beth-El après sa vision de l’échelle céleste (Genèse 35/14).

Dans le judaïsme et le christianisme, l’huile d’olive est utilisée pour les onctions sacramentelles. L’olivier symbolise la paix, la réconciliation, la bénédiction et le sacrifice ; l’huile utilisée durant les rites du judaïsme doit avoir obligatoirement été pressée à la main.

Dans le Coran, l’olivier est un arbre béni, symbole de l’homme universel, et l’huile d’olive est source de lumière divine pour guider les hommes et, cela, en raison de sa pureté (Coran, 23/20, 24/35). Selon certains ahadith rapportés par Sayyid Al-Ansari, Abdullah bin Umar et Abu Huraira dans les compilations de At-Tirmidhi 2000, et de Ibn Majah, Mahomet aurait dit : « Consommez de l’huile (d’olive) et frottez-vous en le visage, car elle provient d’un arbre béni».

L’olivier est employé en tant que plante médicinale, en particulier pour ses feuilles qui ont des propriétés diurétiques, hypotenseurs, vasodilatateurs, hypocholestérolémiantes, hypo-glycémiantes, anticancéreux, antibiotiques, antivirales, antifongiques, antiparasitaires, antioxydantes, radio- protectrices et la perte de poids. Ces propriétés sont utilisées dans les compositions de spécialités pharmaceutiques.

Pour lutter contre le diabète de type 2, nous avons privilégier une association des principes actifs de plantes qui agissent sur plusieurs cibles à la fois savoir :

  • 1. L’augmentation de la sécrétion d’insuline et prolifération des cellules béta pour avoir les effets secrétagogues
  • 2. L’augmentation de la synthèse et la translocation des Glut4.
  • 3. L’augmentation de l’oxydation des acides gras et diminution des graisses hépatiques.
  • 4. L’Augmentation de la sensibilité à l’insuline.
  • 5. Le blocage de l’absorption intestinale du glucose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *